Championnats du Monde de cyclo-cross
Cyclisme

MVDP à propos des Mondiaux : « Van Aert a un avantage »

19 janvier, 2023

En stage avec son équipe en Espagne, le néerlandais s’est longuement confié au micro de Wielerflits, à un peu plus de deux semaines des Championnats du Monde de cyclo-cross.

C’est l’événement que tous les amateurs de cyclo-cross attendent. Le 05 février prochain, les deux éternels rivaux que sont MVDP et Van Aert se disputeront une fois encore la tunique arc-en-ciel. Le tout à Hoogerheide aux Pays-Bas, dans l’antre des Van der Poel. Là où habituellement, se tient une manche de Coupe du Monde au nom du père : le GP Adrie van der Poel.

Le décor est planté ; pour autant, Van Aert n’évoluera pas en terrain ennemi. La bourgade batave se trouvant à quelques encablures de la frontière, il pourra compter sur le soutien sans faille de son public, venu de Belgique. Puis, même s’il n’a jamais remporté la manche de CdM d’Hoogerheide – contrairement à Mathieu, quintuple vainqueur – il se rappellera au bon souvenir de son succès de 2014, lors des Championnats du Monde espoirs, courus là-bas.

Van der Poel de nouveau embêté par son dos

Si le début de saison nous a offert un spectacle intense à chaque fois que les deux champions ont pris le départ d’une même course, la donne a récemment changé, début 2023. À Coxyde puis Zonhoven, deux étapes où le sable a son importance, les problèmes de dos du néerlandais se sont réveillés. Résultat, pas de match avec Van Aert, et de gros écarts à l’arrivée, à plus d’une minute.

Ces pépins physiques, qui avaient déjà miné la saison 2021-2022 du quadruple champion du monde de cyclo-cross, sont, selon ses dires, réapparus à Coxyde de manière inattendue. Avant cette étape, même si le coureur de 27 ans jugeait ne pas être entièrement remis de sa terrible chute à Tokyo, son dos semblait ne plus le déranger. Et s’il a choisi de se présenter à Zonhoven quelques jours après la réapparition des douleurs, c’était avant tout pour prendre des points, en vue de s’offrir une place en première ligne aux Mondiaux. Car oui, cet événement reste son unique objectif de l’hiver, et en aucun cas il ne veut que des éléments extérieurs, comme un départ retardé ou des accrochages en milieu de peloton, ne viennent contrarier sa course. Surtout si son corps répond présent le Jour J.

Dans l’entretien accordé au média Wielerflits, Van der Poel assure que la douleur, loin d’être agréable, ne le gênera en rien pour la saison sur route. Frustré de ne pas avoir pu donner son maximum lors de ses dernières sorties, il juge ses problèmes différents par rapport à l’an passé, et davantage lié à la pratique du cyclo-cross, plus intense. « À l’époque, cela me gênait aussi dans la vie quotidienne. Désormais, ce n’est plus le cas. Rouler tranquillement ne pose aucun problème, et après quelques jours, je peux à nouveau solliciter mon dos sur la route. »

 

Quel scénario du côté d’Hoogerheide ?

Après avoir pris plaisir à se confronter à Van Aert en novembre et décembre, Van der Poel suppose qu’il pourra rouler sans douleurs aux Mondiaux. Il lâchait : « J’espère que ça sera faisable. » Avant d’ajouter : « Quelles sont mes chances de remporter le maillot arc-en ciel ? Je trouve toujours difficile de les estimer. Je pense que Wout a un avantage, mais je peux éliminer cela ici, en Espagne, d’ici là. J’espère que je pourrai bien me préparer, et qu’à Hoogerheide, mon dos ne me gênera pas trop. »

Au vue des performances de WVA cette saison, l’affaire ne sera pas simple pour MVDP, même à 100%. D’ailleurs, les cotes ne sont pas en faveur, et de loin. Mais à la maison, là où il est devenu champion des Pays-Bas sur route pour la première fois en 2018, et après quelques semaines de récupération/préparation, comptez tout de même sur lui pour livrer un beau combat.

En l’absence de Pidcock, Van der Poel reste le seul à pouvoir empêcher Van Aert de briller. Les autres Iserbyt, Vanthourenhout, Sweeck et van der Haar, batailleront eux pour la troisième marche du podium.