Football

Coacher la Belgique serait la meilleure chose qui puisse arriver à Henry

7 janvier, 2023janvier 18th, 2023

Deschamps prolongé avec les Bleus jusqu’en 2026, ZZ courtisé par la Seleção et désormais Henry proche de signer avec les Diables : les champions du Monde 98 ont la cote. Si le choix des deux premiers cités ne fait l’objet d’aucune contestation, l’ancien Gunner est-il véritablement l’homme de la situation en Belgique ? Henry sélectionneur des Diables, c’est en tout cas le projet le plus intéressant qui puisse lui être proposé.

Les débuts de Thierry Henry en tant qu’entraineur ont été mouvementés. Après quelques séances avec les U16 d’Arsenal, il devient en août 2016 le T3 de Roberto Martinez avec la Belgique. S’en suivent une troisième place au Mondial 2018 et une promotion au poste de premier adjoint.

Aventure chaotique à Monaco

La carrière d’entraineur du francilien débute réellement le 13 octobre 2018, quand à la surprise générale, il remplace Leonardo Jardim à la tête de l’AS Monaco.

Sa mission – difficile pour un manager inexpérimenté : relever en plein cœur de la saison les piètres résultats d’une équipe jeune, dépouillée de ses cadres à l’été. Il n’y parviendra jamais, puisque limogé quelques mois plus tard, au moment où les Monégasques affichaient une triste 19ème place au classement. Reste de ce passage dans la principauté quelques conférences de presse lunaires, et une humiliation ultime après son départ, car remplacé par celui auquel il a succédé.

La MLS comme bouée de sauvetage

Après son échec à Monaco, les portes se ferment en Europe pour Henry. Le français décide de se relancer outre-Atlantique, et succède à Rémi Garde en tant qu’entraineur de l’Impact de Montréal. Éliminé au premier tour des play-offs de la MLS par le futur finaliste et en quart de finale de la Ligue des Champions CONCACAF, il connaitra en Amérique une saison mitigée.

Loin des siens, et marqué par la crise du coronavirus, il choisit à l’hiver 2020/2021 de rompre son contrat, pour rentrer en Europe. Ce choix lui permet de retrouver sa place auprès des Diables, pour l’Euro puis le Mondial 2022.

Quel avenir pour Titi sur un banc ?

Homme de média et consultant reconnu, Thierry Henry ne manque pas de propositions pour collaborer avec les plus grandes chaines, en France comme en Angleterre. Mais s’il souhaite encore évoluer en tant qu’entraineur, ce qui semble être le cas, devenir sélectionneur de la Belgique est sans doute sa meilleure carte à jouer.

À Monaco, le costume de formateur s’est avéré ne pas être taillé pour lui. Son management auprès des jeunes a même été décrié. À cheval sur la discipline, le technicien français s’est souvent montré énervé, ne comprenant pas le comportement de la nouvelle génération, qu’il juge moins investie qu’à son époque. Certains comme Aleksandr Golovin diront de lui qu’il s’est davantage comporté comme un joueur, et non un meneur d’hommes. L’international russe l’expliquait à sa façon, sur YouTube : « Peut-être qu’il n’a pas pu faire abstraction de son passé de joueur. Quand les choses n’allaient pas à l’entraînement, il devenait nerveux et criait beaucoup. Ce n’était peut-être pas nécessaire. Il venait alors sur le terrain et nous montrait ce qu’il fallait faire. [..] Il s’emparait du ballon et nous demandait d’essayer de le lui prendre. Les joueurs restaient calmes, même si certains ont peut-être été un peu choqués. »

Henry, qui dispose d’un énorme QI foot et d’une connaissance du jeu comme nul autre, semble davantage être fait pour les grosses cylindrées, qui possèdent dans leurs rangs des professionnels aguerris. Problème, ses résultats décevants à Monaco comme à Montréal ne lui permettent pas de briguer le gratin européen. Il y aurait bien Arsenal dans un avenir lointain, où il pourrait gravir un à un les échelons, lui qui, nourri par la patte Wenger, connait tant l’institution.

L’ancien buteur des Bleus pourrait également viser un top club dans un championnat de seconde zone. Bruges, Benfica, Fenerbahçe, l’Olympiakos ou les Rangers pourraient un jour le voir comme l’entraîneur providentiel. Mais pour l’heure et pour la carrière de Titi, la sélection belge semble être le meilleur projet qu’il puisse recevoir sur la table.

Publiquement soutenu par Lukaku et Alderweireld, Henry connait la maison belge. Et malgré une génération vieillissante, il aurait toujours à sa disposition des joueurs de classe mondiale au prochain Euro, à savoir Courtois, De Bruyne, Big Rom, Tielemans ou encore Michy. Bref, pour lui, le projet semble alléchant. Reste à savoir si la fédération, en quête de renouveau, modifiera complètement son staff ou s’appuiera sur une base Henry. Ils lui ont en tout cas déjà fait confiance, puisque souvenez-vous, Titi avait été nommé entraineur principal lors de la défaite des Diables en Ligue des Nations, 1-0 contre les Pays-Bas…